Aller au contenu principal

NUIT DE LA POÉSIE – NUIT ATHÉNIENNE

septembre 13, 2019

Publicités

Dimitris Dimitriadis, Nuit Athénienne

septembre 12, 2019

De la com­mu­nauté humaine 

Dimi­tris Dimi­tria­dis ouvre les ter­ri­toires repliés du corps. Il prouve que l’on peut se pas­ser des dieux à condi­tion de savoir s’en ser­vir. Dès lors, il pro­pose ses chants aux clai­rières des sur­prises. L’enchanteur une nou­velle fois fait retour. Et quand les rois sont morts et gisent sur la dos, il les pimente de ses mirages de mots et d’images.
Le créa­teur grec fait éprou­ver un via­tique dont le néant ne fait pas for­cé­ment par­tie.. L’oeuvre devient une expé­ri­men­ta­tion sur le récit. L’image se recons­ti­tue par lui. Si bien que le corps reste le der­nier « lieu » de pré­ser­va­tion de l’individualité.

L’uni­vers filé rem­place les aplats d’azur aux enjo­li­vures de palmes, émergent des espaces de calme par­ti­cu­lier là où l’enfermement n’est plus un pos­tu­lat de l’univers. Contre les idées reçues qui sont des ani­maux bien gras et là où l’élémentaire huma­nité bas­cule, ce tra­vail devient un contre-feu.
Les images exhibent les indices d’identités cachées der­rière les murs afin d’avancer dans la com­pré­hen­sion d’une com­mu­nauté humaine qui retrouve son droit de cité.

jean-paul gavard-perret

Dimi­tris Dimi­tria­dis, Vernissage Samedi 14 Septembre à 18h, Gale­rie Domi­nique Fiat, 16 Rue des Cou­tures Saint-Gervais, 75003 Paris, le 12 septmbre 2019.

HARMONIE INCONNUE – Vernissage ce week end

septembre 10, 2019

harmonie-inconnue-news.png

Rachel Labastie au Magasin de Grenoble aux côtés de Gina Pane, Agnes Dénes, Judy Chicago, Marie Velardi…

septembre 5, 2019

Plus d’informations, ici

THE BEGINNING OF HOPE

août 29, 2019

beginning-of-hope-news-3.jpg

beginning-of-hope-news2-5.jpg.

Vacation : THE BEGINNING OF HOPE

juillet 30, 2019

After an incredible 2018-2019 season, we are off to the world for new discoveries
The gallery in Geneva remains open throughout August for 50 Shades of Blue 

Please contact Guillaume Varone, analix.forever@bluewin.ch

Back in Geneva on August 30 with Robert Montgomery
And in Paris on September 14, @ gallery Dominique Fiat, with « Harmonie Inconnue », with Dimitris Dimitriadis
And in Urbana IL on October 10 for VIDEO FOREVER 42, « Apocalypse now: exhilarating! »
And more later

We wish you a Blue summer full of Harmony

The Analix Forever Magic Team


© Robert Montgomery

SKETCHPAD : extension du domaine des images

juillet 19, 2019

« SKETCHPAD – Quand nos enfants seront adultes« 

 Topographie de l’art, Paris, jusqu’au 27 juillet 2019

Sketchpad est à l’origine un programme informatique écrit en 1963 pour ouvrir les images. A travers ce titre Barbara Polla et Nicolas Etchenagucia, exposent des artistes choisis à dessein, après avoir présenté certains d’entre eux à Analix Forever (Genève) . Elles et ils créent des essais et des suites de romans visuels bergsoniens du futur. La mémoire volontaire ou non du futur s’y fomente. Il s’agit en fait d’études aussi critiques que visuelles en de « moving images » porteuses d’émotion. Mais quand nos enfants seront adultes, l’évolution des technologies sera telle que le champ de créativité reste un abîme. Ce qui n’empêche pas aux artistes invités de le « combler », et ce,  de la technique la plus simple (le dessin) aux plus sophistiquées.

Andreas Angelidakis propose ses cités utopiques et Yves Netzhammer y poursuit aussi ses figurations tandis que Julien Serve se moque de nos complaisances envers ces miroirs magiques que sont devenus nos selfies. Miltos Matenas lui emboîte le pas mais en proposant des fils rouges à l’Internet. Charalambos Margaratis se « replie » sur le fusain pour créer de nouvelles donnes aux masses volumiques tandis que mounir fatmi tend ses mandalas hors fixations. Ils deviennent des cordons ombilicaux d’un nouveau genre tandis qu’Eva Magyarosi et Ayce Kartal ramènent à un sortilège de la présence et à un retour à l’enfance (de l’art et de l’existence).

Ce kaléidoscope crée une architecture des images qui – du fameux « Théâtre Optique » d’Emile Reynaud (1892) à la joie de « faire illusion » du Robot Drafstman – propose des prospectives et des extensions au domaine de l’image. Preuve que tout Sketchpad et quelle qu’en soit la nature, en son essence même, ne se limite pas aux êtres et objets relevant typiquement de la signification commune du quotidien. S’instaure une mythologie où se recensent par avance des situations insolites et des centres de gravités inconnus.

Jean-Paul Gavard-Perret

%d blogueurs aiment cette page :