Aller au contenu principal

La nouvelle galerie ouvre ses portes

mai 21, 2019

capture-de28099ecc81cran-2019-05-15-acc80-15.30.30-e1557937894473.png

capture-de28099ecc81cran-2019-05-15-acc80-16.12.26-e1557929814152.png

capture-de28099ecc81cran-2019-05-15-acc80-18.28.29.pngcapture-de28099ecc81cran-2019-05-15-acc80-15.30.55-e1557937952824.pngcapture-de28099ecc81cran-2019-05-15-acc80-18.28.43.png

img_8997.jpg

©Guillaume Varone

Publicités

Résidence Atelier AMI — Atelier AMI Residency

mai 15, 2019

La résidence Atelier AMI est une résidence d’artiste créée par Barbara Polla-Imhoof et ses frères, Rodolphe Imhoof et Stefan Imhoof, en souvenir de leur mère, Anne-Marie Imhoof, dite AMI, dont la résidence était l’atelier de peinture.

La résidence Atelier AMI est destinée à des artistes qui ressentent le besoin, à un moment de leur carrière créative, de bénéficier d’un lieu de solitude, d’inspiration, de calme, de beauté, dans lequel elles ou ils puissent se ressourcer. Les résidences Atelier AMI sont par principe de courte durée : une à deux semaines. Tous les artistes, créateurs et intellectuels sont les bienvenus, quel que soit leur art ou leur champ de réflexion. Pendant la résidence, les résidents ont accès à la galerie Analix Forever, selon accord préalable avec Barbara Polla.

La résidence Atelier AMI est également destinée à accueillir les artistes de la galerie Analix Forever qui ont besoin d’un lieu de résidence pour préparer leur exposition.

Les projets de résidence (rédigés librement mais comprenant un résumé et une courte bio tous deux d’une demi-page au maximum, qui seront utilisés pour la publication) sont soumis à ou sollicités par Barbara Polla.

Conditions : Barbara Polla est à l’écoute des besoins des résident.e.s, en particulier en ce qui concerne les contacts souhaités, les rencontres, la vie locale. 

Le voyage des résidents n’est pas pris en charge et il n’y a pas de « per diem ». Il n’y a en principe pas de moyens de production mis à disposition, sauf négociation préalable.
Les résident.e.s s’engagent à respecter le calme du lieu et la tranquillité des voisins. Elles/ils quittent la résidence en la laissant comme ils l’ont trouvée.

Publication : Avant ou au moment de leur départ, les artistes en résidence remettent à Barbara Polla un bref texte résumant leur résidence (une demi-page à une page A4) et une œuvre. Cette œuvre peut correspondre à une esquisse, un croquis, une phrase manuscrite, des notes… aussi simple fût-elle, elle sera reçue avec joie et intégrée dans la collection Atelier AMI et dans la publication qui suivra les deux premières années de résidence, en regard du texte remis par l’artiste. Cette clause ne s’applique pas pour les artistes qui sont en résidence pour préparer leur exposition, sauf si l’artiste le souhaite.

Contact : Analix Forever Moving Art
10 rue du Gothard
1225 Chêne-Bourg – Suisse
barbara.s.polla(a)gmail.com


The Atelier AMI residency is an artist residency program created by Barbara Polla-Imhoof and her brothers, Rodolphe Imhoof and Stefan Imhoof, in memory of their mother, Anne-Marie Imhoof, known as AMI, whose home was also her painting studio. 

The Atelier AMI residency is intended for artists who, at a certain point in their creative career, feel the need to retreat to a place of solitude, inspiration, calm, and beauty, a place where they can replenish their spirit. Residencies are intended for a short time period of one to two weeks. Artists, creators and intellectuals are accepted regardless of their artistic medium or field of study. Residents will also have access to the Analix Forever gallery during their stay with the prior consent of Barbara Polla. 

The Atelier AMI residency is also designed to welcome artists from the Analix Forever gallery who need a space for preparing their exhibition.

Residency proposals (the form of the written dossier is unrestricted but must include a project summary and a short biography, each half a page maximum, to be used for publication) are to be submitted to, or will be solicited by, Barbara Polla.

Conditions: Barbara Polla will be attentive to residents’ needs, in particular with respect to helping them with desired contacts, meetings and local community life.

Residents’ travel expenses are not covered and there is no per diem. There is no participation in production costs except in the case of prior negotiations. Residents are committed to maintaining a calm environment and respecting the neighbour’s tranquillity. They must leave the residence just as they found it.

Publication: Before or upon their departure, the artists in residency will give Barbara Polla a short text summarizing their stay (a half- or full-page format A4) and a single work: a sketch, a handwritten sentence, notes… No matter how simple, this work will be welcomed with joy and integrated into the Atelier AMI collection, as well as included in a publication to be produced after the first two years of the program. This clause does not apply to artists in residence who are preparing an exhibition, although those wishing to contribute are welcome to do so.

*VIDEO FOREVER 40 FÉMINISMES*

mai 13, 2019

 

À PARIS

14 MAI À 19H

*VIDEO FOREVER 40
FÉMINISMES*

Danysz Gallery, 78 rue Amelot 75011

658923902_1280x720.jpg

En présence d’Ozge Akbulut, finaliste du « EU Prize for Women Innovators 2019 »

Avec des vidéos de Janet Biggs, Véronique Caye, Emilie Jouvet, Shelley Lake, Yapci Ramos, Guillaume de Sardes, Madiha Sebbani, Gözde Mimiko Türkkan, Julia Zastava

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.pngDans le cadre de l’exposition MOVING WOMEN — et de la sortie du livre de Barbara Polla, Le Nouveau Féminisme, le quarantième anniversaire de VIDEO FOREVER sera consacré aux Féminismes — et en particulier, à ce Nouveau Féminisme qui se veut d’englober tous les autres, et tout particulièrement les féminismes d’artistes, aussi diversifiés que les artistes eux-mêmes — elles-mêmes. Ce quarantième anniversaire aura lieu dans la galerie Danysz, haut lieu d’une collaboration de longue date entre femmes amoureuses de l’art et de la vie.

03-16-e1556295282697.jpg

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.png

Et à l’occasion du 40ème VIDEO FOREVER

Première présentation publique en France du dernier livre de Barbara Polla (mai 2019, Odile Jacob), avec la collaboration de la Librairie Zero@

20h45 : présentation du livre par Paul Ardenne
21h : « cocktail 40 ans » et dédicaces pour celles et ceux qui souhaitent en savoir davantage sur Le Nouveau Féminisme

capture-de28099ecc81cran-2019-04-26-acc80-17.34.17.png

This weekend in Athens

mai 8, 2019

Pavlos NIKOLAKOPOULOS — Robert MONTGOMERY
This weekend in Athens

 

May 10 in Perama with Robert Montgomery

capture-de28099ecc81cran-2019-05-06-acc80-13.45.20.png

 

capture-de28099ecc81cran-2019-05-07-acc80-11.55.03.png

capture-de28099ecc81cran-2019-05-07-acc80-11.58.19.pngcapture-de28099ecc81cran-2019-05-07-acc80-10.43.42-e1557218994217.png

 

capture-de28099ecc81cran-2019-05-06-acc80-14.29.24.png

 

May 11 in Koukaki with Pavlos Nikolakopoulos

pavlos-white-and-3.png

capture-de28099ecc81cran-2019-05-07-acc80-11.55.53.png

FÉMINISMES ET IMAGES MOUVANTES

mai 2, 2019

vf-logo.png

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.png

VENDREDI 3 MAI
AU SALON DU LIVRE DE GENÈVE

PREMIER VIDEO FOREVER EN SUISSE

À l’invitation de Max Lobe

Dans le cadre de la sortie du livre de Barbara Polla,
Le Nouveau Féminisme, combats et rêves de l’ère post-Weinstein (Odile Jacob, 2 mai 2019)
et de ses poèmes érotiques — IVORY HONEY (New River Press, 2018)

Paul Ardenne et Barbara Polla présentent

*VIDEO FOREVER 39
CORPUS EROTICUS*

19h – Salon du Livre, Place suisse, Palexpo Genève

capture-de28099ecc81cran-2019-04-17-acc80-20.01.04.png

Avec des oeuvres de Clare Langan, Angel Vergara, Jocelyne Saab & Sarah Trouche.

Introduction et commentaires, Paul Ardenne ; lectures poétiques, Barbara Polla ; médiation, Max Lobe

 

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.png

Dans L’Érotisme, Georges Bataille développe cette double évidence : le lien entre art et sexe est de nature immémoriale ; il n’est pas de représentation que l’homme se donne qui n’engage l’économie libidinale, fût-ce la représentation du sacré. L’érotisme « a pour fin, selon Bataille, d’atteindre l’être au plus intime, là où le cœur manque ». Atteindre l’être au plus intime, c’est aussi le souci et la mission de l’art, et de la poésie. Car l’érotisme, quels que soient les interdits qui pèsent sur lui, réclame de se représenter. Et le corps, par l’érotisme, ne figure pas seulement son image mais son être confronté aux épreuves souveraines du désir, de l’appropriation de l’autre comme objet ou sujet de plaisir, de la reproduction. Il en va de même de la poésie érotique : épreuve souveraine de l’esthétique des mots. Just Before Love.

capture-de28099ecc81cran-2019-04-17-acc80-20.19.18.png

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.png

 

À PARIS

14 MAI À 19H

*VIDEO FOREVER 40
FÉMINISMES*

Danysz Gallery, 78 rue Amelot 75011

658923902_1280x720.jpg

En présence d’Ozge Akbulut, finaliste du « EU Prize for Women Innovators 2019 »

Avec des vidéos de Janet Biggs, Véronique Caye, Emilie Jouvet, Shelley Lake, Yapci Ramos, Guillaume de Sardes, Madiha Sebbani, Michaela Spiegel, Gözde Mimiko Türkkan…

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.pngDans le cadre de l’exposition MOVING WOMEN — et de la sortie du livre de Barbara Polla, Le Nouveau Féminisme, le quarantième anniversaire de VIDEO FOREVER sera consacré aux Féminismes — et en particulier, à ce Nouveau Féminisme qui se veut d’englober tous les autres, et tout particulièrement les féminismes d’artistes, aussi diversifiés que les artistes eux-mêmes — elles-mêmes. Ce quarantième anniversaire aura lieu dans la galerie Danysz, haut lieu d’une collaboration de longue date entre femmes amoureuses de l’art et de la vie.

03-16-e1556295282697.jpg

capture-d_ecc81cran-2018-05-09-acc80-16-04-04.png

Et à l’occasion du 40ème VIDEO FOREVER

Première présentation publique en France du dernier livre de Barbara Polla (mai 2019, Odile Jacob), avec la collaboration de la Librairie Zero@

20h45 : présentation du livre par Paul Ardenne
21h : « cocktail 40 ans » et dédicaces pour celles et ceux qui souhaitent en savoir davantage sur Le Nouveau Féminisme

capture-de28099ecc81cran-2019-04-26-acc80-17.34.17.png

Les paradoxes de l’éternel féminin et de l’art éphémère : ce n’est donc pas un hasard…

mai 1, 2019

Pour lire l’article de Laurent Garreau : cliquer ici

ART ET PRESSE, LIBRES ÉCHANGES

avril 30, 2019

parchikov-1.png

Vernissage ce soir à partir de 18h

Commissaire d’exposition : Guillaume de Sardes

Avec Maurizio Cattelan & Pier Paolo Ferrari, Le Corbusier, Richard Dumas, mounir fatmi, John Galliano, Jean-Luc Godard, David Hockney, Ali Kazma, Yves Klein, Angela Marzullo, Joanna Malinowska, Fabio Mauri, Yes Men, Tim Parchikov, Estefania Penafiel Loaiza, Pablo Picasso, Kirsten Pieroth, Michael Roy, Jean Jacques Schuhl, Julien Serve, Philippe Thomas, Jacques Villeglé, Wang Du.

Exposition juqu’au 31 octobre 2019

Château de Penthes, 1292 Pregny-Chambésy, Suisse

Art et presse se sont indiscutablement rencontrés dans les colonnes imprimées. La presse parle des arts – et en parlait beaucoup plus à ses origines qu’aujourd’hui. Au XIXe siècle, les salons, par exemple, faisaient l’objet de longs comptes rendus critiques, parfois signés de plumes prestigieuses. Ces textes étaient composés avec art, si l’on veut bien se souvenir que les aspects formels de la feuille, sa graphie, sa mise en page, peuvent faire l’objet de subtiles recherches, qu’il conviendrait de placer sous le patronage de Bodoni (1740-1813), le plus génial des typographes. Plus simplement, les artistes ont toujours été des collaborateurs nécessaires aux organes de presse. Avant comme après l’introduction de la photographie, que serait un journal sans ses dessins, satiriques ou non ? Une histoire de l’art dans la presse remplirait sans mal un musée entier.
Mais tel n’est pas le projet de cette exposition. Nous avons choisi d’interroger la manière dont la presse est devenue non plus un simple moyen de diffusion, mais un véritable medium artistique, choisi par les créateurs pour sa portée politique, mais aussi esthétique. (Extrait du texte de présentation de l’exposition de Guillaume de Sardes)

capture-de28099ecc81cran-2019-04-23-acc80-16.32.30.png;

Ali Kazma présente sa dernière vidéo en date Press, spécialement produite pour l’exposition. L’oeuvre se focalise sur la production matérielle du journal notamment celle de la Tribune de Genève. Processus qu’il est allé filmer au cœur même du centre d’impression de Lausanne SA située à Bussigny. Le film permet au spectateur de découvrir de manière atypique comment sont fabriqués les journaux papier. Dans l’exposition, Press se fait le témoin d’une production moderne automatisée à grande échelle avec une mise en regard et en tension avec une seconde vidéo de Kazma Calligraphy (Série Résistances). On y découvre un homme, par le biais de sa main au travail, en train de réaliser une activité artisanale qui a marqué l’histoire des civilisations : la calligraphie ou l’utilisation de l’écriture comme art, comme transcendance. Cette association met en évidence la relation profonde qui existe entre le désir de l’homme de communiquer et son désir de perfection et de puissance.

press-kazma-extrait-02.gif

Quant à mounir fatmi, lui fait le choix de la simplicité. Comme l’écrit de Sardes, « un rien suffit parfois pour provoquer le glissement qui fera passer le quotidien ou l’hebdomadaire des barres de bois des cafés aux cimaises des galeries. Que fait l’artiste sinon présenter à plat les couvertures de revues d’actualité, mettant devant les yeux la première et la quatrième, qu’en principe on ne voit jamais en même temps? Un rien, et pourtant une puissante provocation à penser qui rejoint dans sa simplicité, à quelques années de distance, la démarche de Philippe Meste.»

img_0065-1.jpg

Pour Julien Serve, l’exposition au Château de Penthes est l’occasion parfaite pour prolonger un travail de recherche entrepris en 2013 autour du flux d’informations qui régissent nos sociétés modernes et de la relation images/textes. Recouvrant les murs d’un papier peint sur lequel est imprimé un fil de dépêches AFP, le papier peint devient ainsi une toile de fond à ses dessins.

serve.png

Joanna Malinowska, elle, revisite une des ses oeuvres phares : le boli. Objet traditionnel et cultuel de la culture Banama au Mali occidental à la forme zoomorphe (Banama, de Ban « refus » et Mana, « Maître », donc « ceux qui ont refusé d’être dominés ») permet de canaliser, emmagasiner et contrôler l’énergie vitale. Sculptée à partir de restes de journaux americains (The New York Post, The New York Times, The Wall Street Journal, The Daily News), la Forme Zoomorphique devient une métaphore du rôle de contrôle politique et social lié à l’information, à la mésinformation. L’oeuvre se nourrit par ailleurs de références mystérieuses à Meret Oppenheim, modèle bien-aimée dont l’artiste polonaise s’est déjà inspirée par le passé et à Albert Camus pour ses ouvrages sur la révolution, la révolte et la résistance.

capture-de28099ecc81cran-2019-04-24-acc80-10.11.20-1.png

Pour en savoir plus sur l’exposition, télécharger le dossier de presse ici.

%d blogueurs aiment cette page :