Aller au contenu principal

Les forces de Rachel Labastie à Labanque

mars 16, 2018

C’est le chapitre 6 de « L’Apparence des Choses », le premier volume de l’œuvre de l’artiste française que vit et travaille actuellement entre Bruxelles et Madrid. Céramiste au sens le plus large – elle utilise aussi bien la terre crue que la céramique, le marbre que le verre, la porcelaine que la vidéo – l’artiste propose à Labanque, à Béthune, une exposition centrée sur les rapports de force physiques et mentaux entre individus, entre les individus et l’espace, entre les individus et la matière, entre les peuples et leurs territoires.

En ouverture de l’exposition, en haut de l’escalier monumental du bâtiment qui faisait autrefois partie de la Banque de France, une grande roue en osier tourne sur elle-même, accrochée au mur : Djelem Djelem. un hommage à la grand mère maternelle de l’artiste : Jenisch, nomade, marchande d’osier, elle voyageait à travers l’Europe, peut-être s’est-elle arrêtée près de Genève, où Rachel Labastie expose aussi… Le voyage, le déplacement, le geste du vannier, le travail, la création, le mouvement perpétuel : toutes activités chères à l’artiste. Le mouvement, autour de la roue, est aussi symbolisé par les haches de céramique, certes figées dans le mur, mais qui semblent être arrivées là au bout d’un geste de violence qui envahit le cadre bourgeois de l’espace de l’ancienne banque devenue lieu de culture.

La pièce la plus violente est cependant Le foyer. Placé en regard de la cheminée principale de l’appartement qui fut autrefois celui du banquier, Le Foyer est une pièce terrible et magistrale. Des os calcinés – fémurs, péronés humérus, vertèbres, omoplates, bassins, mais aussi crânes…  –  entassés les uns sur les autres, évoquent ce foyer autour duquel se réunissent désormais les spectateurs, en l’absence des protagonistes initiaux. La délicatesse de l’œuvre, sa beauté, la douceur de ce qui semble être de la pierre et des cendres mais qui est en réalité fait de la même céramique que les os brûlés (seule la différence de cuisson donne la différence de nuance), happe notre regard qui rencontre aussi des mains, croisées en une supplication, dans une vitrine… L’intelligence de l’installation est époustouflante. Pas d’os de mains ni de pieds dans Le Foyer cependant : les mains, les pieds, sont présents ailleurs dans l’exposition.

Les mains, surtout, sont partout d’ailleurs. Elles se tiennent, avec force, elles s’empêchent, elles s’entravent les unes les autres – elles glissent, elles échappent aussi. Car aucune force, aucune contrainte ne saurait retenir la créativité de Rachel Labastie. Ses mains de marbre de Carrare blanc ou noir, veinées de gris, ses mains de verre, tirées ou suspendues par de classiques sangles de transport bleues, structurent l’exposition de salle en salle, jusqu’aux Entraves de céramique blanche, l’une des œuvres signatures de Labastie, suspendues dans la dernière salle. Des surprises aussi, beaucoup de nouvelles pièces, produites par Labanque : des caisses de bois contenant les sculptures de l’artiste, comme prêtes à partir en voyage. Emporter partout sa terre avec soi : comment ne pas évoquer Petrit Halilaj. Mais pour Labastie, c’est la terre qu’elle transforme plutôt que la terre qui l’a portée.

Last but not least, les Réceptacles : peut être la pièce la plus mystérieuse. Des sortes de troncs en céramique, mais tordus, volontairement déformés, vivants de ce fait même et qui contiennent, comme un trésor oublié, un joyau une poignée de verre brisé, la rosée du matin, quelques gouttes de pluie, la poésie d’une nature évanescente mais qui nous revient, entre les mains de la sculptrice, comme une offrande.

Une offrande tout en Forces.

En savoir plus sur l’exposition de Rachel Labastie à Béthune dans la Revue de la céramique et du verre

Publicités
No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :